Ministère de la Culture

Communiqué n°2

Mexico, le 13 mai 2019

 

 

 

 

La richesse du cinéma mexicain sera diffusée au Festival de Cannes

 

 

Par le biais de différentes œuvres de sa vitrine cinématographie, le Mexique sera présent au rendez-vous du cinéma français

 

 

Le cinéma mexicain sera présent à la 72e édition du Festival de Cannes dans différentes manifestations : à l’occasion des hommages et des volets consacrés à l’industrie, sous la forme de court-métrages et en tant que possibilités de rencontres.

 

Le Festival, considéré comme la plus importante vitrine cinématographique à l’échelle mondiale, se déroulera du 14 au 25 mai.  Dans la Sélection officielle hors compétition, dans le cadre des séances spéciales, le film Chicuarotes, de Gael García Bernal, portera l’étendard de la présence mexicaine. Ce long-métrage raconte l’histoire de deux adolescents de San Gregorio Atlapulco qui cherchent désespérément à s’éloigner des circonstances oppressives dans lesquelles ils vivent.

 

Il convient de souligner également la facette mexicaine du réalisateur Luis Buñuel, Cannes Classic présentant Los olvidados (1950), première et déconcertante exploration des quartiers prolétaires de Mexico, et Nazarín (1958), le doute théologique d’un prêtre qui protège une prostituée.

 

Ces deux films ont été restaurés par The Film Foundation’s World Cinema Project et L’Immagine Ritrovata, en collaboration avec la Fondation Televisa, la Cineteca Nacional du Mexique et la Filmothèque de l’UNAM. Est présenté en outre L’Âge d’or (1930), l’une des premières œuvres du très surréaliste Buñuel.

 

Alejandro González Iñárritu sera, quant à lui, Président du jury. Le lauréat de deux Oscars du meilleur metteur en scène n’est pas enthousiaste à l’idée de participer en tant que jury à des festivals, « mais Cannes est autre chose », a-t-il précisé à l’heure d’accepter la présidence de l’actuelle édition. « Si le cinéma coule dans les veines de la planète, ce festival en est le cœur. Avec le jury, nous aurons le privilège d’être les premiers spectateurs des nouveaux films de nos confrères, originaires de toutes les parties du monde. Ce sera un vrai plaisir et une grande responsabilité que nous assumerons avec passion et dévouement. » Il s’agira de la première fois que ce comité sera présidé par un cinéaste latinoaméricain.

 

Par ailleurs, et comme le veut la tradition depuis 2005, le Festival international du cinéma de Morelia présentera quatre court-métrages mexicains faisant partie de sa sélection officielle, qui seront projetés hors compétition à l’occasion de la Semaine de la critique, section parallèle du Festival de Cannes qui se tiendra du 15 au 23 mai 2019. Il s’agit des quatre court-métrages suivants : La chica con dos cabezas (2018, Betzabé García), qui parle d’une jeune femme de 18 ans et de ses contradictions dans l’auto-perception de sa condition féminine ; El aire delgado (2018, Pablo Giles), qui raconte le voyage d’un couple qui cherche à se réconcilier mais qui en est empêché par la route ; San Miguel (2018, Cris Gris), qui décrit l’expérience mystique d’Ana, une enfant pieuse de neuf ans ; et Satán (2017, Carlos Tapia), récit du lien entre Tiago et un crocodile ayant attaqué sa famille.

 

Le Guanajuato International Film Festival misera sur dix court-métrages au

Short Film CornerAnita, de Lucero Adriana Hernández ; Bastardos desterrados, de Mario González Jiménez ; Buscando al green, de José Manuel Campos ; Judas en el rincón, de Luis Ernesto Pérez Medina ; Macehua, d’Alexis Gabriel Vázquez ; Nostalgia, de Marcelo Rosales Briceño ; Velvet, de Paula Hopf ; Sinfonía de un mar triste, de Carlos Morales ; Agüero, de José Manuel Azuela ; et Octubre otra vez, de Sofía Auza.

 

Le Short Film Corner offre à ses participants une semaine de rencontres professionnelles, d’ateliers, de cours magistraux et de panels abordant des questions telles que la distribution, la stratégie du festival et la production.

 

Le Festival international de cinéma de Los Cabos montrera six productions en cours. La plateforme Los Cabos Goes to Cannes présentera six productions mexicaines en cours de réalisation, participera au Marché du Film et projettera au Palais des Festivals le 19 mai les films suivants :  Amores modernos (Matías Meyer), sept histoires chaotiques se déroulant dans la tumultueuse Mexico ;  Coraje (Rubén Rojo Aura), où une actrice âgée doit se battre avec son fils alcoholique ; Cosas que no hacemos (Bruno Santamaría Razo),  avec une bande d’enfants qui explorent une île, entre aventures, désaccords et violence ; Estanislao (Alejandro Guzmán Álvarez), qui fait face à Mateo avec son père alcoholique et une créature en forme d’oiseau qui le tourmente la nuit ; La frontera invisible (Mariana Flores), l’expérience d’un groupe de soldats qui vivent isolés sur l’île Socorro, située à 700 km de la côte du Mexique ; et Territorio (Andrés Clariond Rangel), avec un couple ne pouvant pas avoir d’enfant et un donneur qui leur pose des conditions.

 

Le Festival Málaga Cine en Español développe également le programme

Málaga Goes to Cannes, consacré aux travaux en cours. Y participera le projet mexicain Sobre la estabilidad de los tres cuerpos, de Carlos Lenin Treviño.

 

Enfin, Nuestras madres, de César Paz, est présenté lors de la 58e Semaine de la critique, du 15 au 23 mai. Ce film aborde la question de la dictature militaire et des disparus au Guatemala. Deux acteurs mexicains prennent part à ce long-métrage : Emma Dib (No quiero dormir sola) et Armando Espitia (Heli).