Le Mexique et le Luxembourg ont établi des relations diplomatiques en 1947. La relation bilatérale a traditionnellement été encadrée dans les relations du Mexique avec les pays de l'Union européenne. Dans ce contexte, cette relation a acquis une importance particulière à la lumière des négociations de l’Accord de coopération économique et politique UE-Mexique.

Le Mexique et le Luxembourg ont signé un accord commercial dans le cadre de l'Union économique belgo-luxembourgeoise (UEBL) en 1950 et un accord sur la suppression des visas en 1975.

Le Premier ministre luxembourgeois, Pierre Werner, a effectué une visite au Mexique en 1980, qui a souligné la coopération énergétique, en particulier en ce qui concerne l'acier, un domaine dans lequel il y avait une participation significative du Luxembourg dans la construction du complexe de Lazaro Cardenas Las Truchas. En 1984, la Commission mixte de coopération économique a été établie avec la signature d'un accord sur la coopération économique. En 1990, lors de la visite au Mexique du ministre du Commerce extérieur, Pierre Urbain, a eu lieu la première réunion de la Commission mixte et une délégation d'hommes d'affaires belges et Luxembourgeois s’est rendue au Mexique.

En Mars 1991, le ministre des Affaires étrangères du Luxembourg, Jacques Poos, a effectué une visite au Mexique. En avril de la même année, le ministre des Affaires étrangères Fernando Solana, a fait une visite au Luxembourg à l'occasion de la signature de l'Accord-cadre de coopération entre le Mexique et la Communauté européenne (Accord de troisième génération).

À partir de la décision du Mexique de signer un nouvel accord politique, commercial et de coopération avec l'Union européenne, a débuté une nouvelle ère de rapprochement avec les autorités luxembourgeoises. Le ministre des Affaires étrangères José Angel Gurria a rencontré son homologue Jacques Poos, en octobre 1995, dans le cadre du 50e anniversaire de l'Organisation des Nations Unies (ONU).

Le rapprochement sera renforcé avec la visite d'État du Grand-Duc Jean au Mexique en mars 1996. Au cours de la visite un accord sur les services aériens Mexique-Luxembourg a été signé, et les autorités mexicaines ont soumis à leur contrepartie un projet de création de Mécanisme de consultations sur les questions d'intérêt mutuel.

Ce fut pendant la présidence luxembourgeoise de l'UE en décembre 1997, qu’a eu lieu la signature de l'accord UE-Mexique. Au cours des négociations, le Luxembourg a joué un rôle neutre et n’a pas posé d'obstacles. Cependant, la ratification de l'accord a été stoppée par le gouvernement luxembourgeois en 1998 et une grande partie de 1999 en raison d'un litige de nature fiscale. La situation s’est déverrouillée, coïncidant avec l'annonce que les négociations pour la signature d'un accord commenceraient pour éviter la double imposition, qui ont eu lieu en janvier 2000.

Le Parlement luxembourgeois a complété avec succès le processus de ratification de l'Accord UE-Mexique le 6 avril 2000. L'accord pour éviter la double imposition a été signé le 7 février 2001, à Luxembourg et ratifié par le Sénat du Mexique le 25 avril la même année, avec entrée en vigueur le 27 décembre 2001.
Il est à noter que l'Accord pour la promotion et la protection réciproque des investissements de l'Union économique belgo-luxembourgeoise et le Mexique a été signé le 27 août 1998, et le Sénat mexicain l’a ratifié le 14 décembre 1998, n’est cependant pas en vigueur parce que l'échange de notes sur l'achèvement du processus constitutionnel par la Belgique et le Luxembourg n’est pas terminé.

Les 18 et 19 septembre 2002 s’est déroulée la visite au Mexique du ministre des Affaires étrangères du Luxembourg, Lydie Polfer, où elle été reçue par son homologue, le ministre des Affaires étrangères, Jorge Castañeda et le vice-ministre des Affaires étrangères, Amb. Enrique Berruga.

16 février 2006, les deux pays ont signé l'Accord de coopération dans les domaines de l'Éducation, de la Culture, de la Jeunesse et des Sports. L'objectif de cet accord est d'accroître et de renforcer la coopération entre les organisations gouvernementales et non gouvernementales, en menant des activités qui contribuent à approfondir la connaissance mutuelle.

Dans le cadre du présent Accord, en octobre 2011, le Premier Programme exécutif été signé pour cinq, de 2011 à 2015. Ce programme rend les activités de coopération opérationnelles en matière d'éducation et la culture sous ses auspices et des expositions organisées, des conférences et des présentations artistiques mexicaines au Luxembourg ont été organisées.

Le "Protocole modifiant l'accord entre le Mexique et le Luxembourg tendant à éviter la double imposition et à prévenir l'évasion fiscale en matière d'impôts sur le revenu et sur la fortune" a été signé en octobre 2009.

Le ministre des Finances luxembourgeois, Luc Frieden, a mené une mission d'affaires à Mexico en octobre 2012. Il a rencontré le Ministre des Finances et du Crédit public du Mexique, José Antonio Meade, tandis que les chefs d’entreprise, appartenant principalement au secteur financier, ont eu des entretiens avec des hommes d'affaires mexicains dans le but de trouver des possibilités de collaboration et d'investissement. La délégation était accompagnée par le chef de la mission diplomatique.

Le Mexique et le Luxembourg ont signé une série d'accords et de traités qui ont consolidé leur amitié et leurs contacts. Pour notre pays, le Luxembourg est un symbole de bonne relation, mais surtout de dialogue et de consultation fructueuse.

Le Mexique a un consulat honoraire à Luxembourg.
 
GRAND-DUCHÉ DE LUXEMBOURG

Le Grand-Duché de Luxembourg est l’un des six membres fondateurs de la Communauté économique européenne, à l’origine de l’Union européenne. Actuellement, il est le siège de la Cour de justice de l’Union européenne, de la Cour des comptes européenne et du Secrétariat général du Parlement européen.

Bordé par la Belgique à l’ouest et au nord, par l’Allemagne fédérale à l’est et par la France au sud, le Luxembourg s’étend du nord au sud sur une distance de 82 km et d’est en ouest sur 57 km.

Du point de vue administratif, le territoire se divise en trois districts (Luxembourg, Diekirch, Grevenmacher), douze cantons et 116 communes.

Le pays comprend deux régions naturelles. Au nord, l’Oesling est un haut plateau d’une altitude moyenne de 450 mètres et qui couvre environ le tiers du territoire.

Au sud, le Gutland est une région formée d’un plateau où l’on trouve un bassin minier (Minnett).

La troisième partie du Luxembourg est couverte de forêts et la moitié de ce territoire est consacré à l’agriculture et à la vitiviniculture.

49.5% de cette superficie est exploitée par l’agriculture et 34.25% est recouverte de forêts.

Sa capitale est la Ville de Luxembourg.

Le Luxembourg a un climat subatlantique à tendance humide et froide. La température moyenne annuelle est d’environ 9° C, et varie en moyenne varie de 0ºC en janvier à 17º C en juillet.

Les quatre fleuves les plus importants du Grand-Duché sont la Moselle, la Sûre, l’Our et l’Alzette.

Pour en savoir plus:
On recense une population de 537 039 habitants (76 420 dans la Ville de Luxembourg). Plus de 117 400 étrangers (39%) sur la population totale.

En 2004, sa densité de population était de 175 200 hab / km2
 
Pour en savoir plus:

La religion dominante est le catholicisme, pratiqué par la majorité de la population (87% approx.); le reste des habitants (13% approx.) sont protestants, juifs, évangélistes, orthodoxes russes et musulmans.

Sa situation linguistique se caractérise par la pratique et la reconnaissance de trois langues officielles: le luxembourgeois, le français et l’allemand. La langue nationale est le luxembourgeois (lëtzebuergesch).

Pour en savoir plus:

Date historique
Le jour de la fête nationale du Luxembourg est le 23 juin et se célèbre depuis le XVIIème siècle. Elle marque traditionnellement l’anniversaire du Souverain du Grand-Duché.

Appartenance à des organismes internationaux
Les relations avec l’étranger sont vitales pour le Luxembourg. En effet, outre son développement économique positif, ce pays se trouve dans une conjoncture particulièrement favorable pour influer sur la construction économique et politique, et sur la sécurité européenne.

En ce sens, il participe aux institutions ayant un poids politique, économique et militaire important telles que l’Union européenne, l’Union économique belgo-luxembourgeoise (UEBL), le BENELUX, l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN), et le Conseil de l’Europe. En outre, les bureaux de plus de 220 banques internationales importantes sont installés au Luxembourg ce qui fait de ce pays un centre financier de tout premier plan.

La politique extérieure du Luxembourg est régulée par un principe de base: l’intégration européenne. Depuis la création de diverses institutions européennes, le Luxembourg a toujours encouragé le développement des différentes formes possibles d’intégration.

Le gouvernement luxembourgeois a exprimé son souhait de jouer un rôle actif au sein de chacune des grandes organisations internationales. Dans ce cadre, il a souligné sa volonté de défendre les valeurs que sont les droits humains, le respect de la démocratie et de l’État de droit ainsi que le développement durable.

Il est membre notamment de: l’Union européenne, l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN), l’Organisation des Nations Unies (ONU), l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE).
Organismes de l’Union européenne présents au Luxembourg:

Parlement européen
Le Parlement européen exerce le pouvoir législatif, budgétaire et le pouvoir de contrôle de l’exécutif. Depuis le Traité de Rome en 1957, il a vu son pouvoir se renforcer. Bruxelles et Strasbourg se partagent les sessions, mais le Secrétariat général du Parlement et ses services se trouvent au Luxembourg.

Conseil de l’Union européenne
Il s’agit du principal organe de décision de l’Union européenne. Le Conseil est composé d’un représentant de chaque pays membre à l’échelle ministérielle. Il a son siège à Bruxelles, mais durant les mois d’avril, de juin et d’octobre, ses sessions se tiennent au Luxembourg.

Commission européenne
La Commission a le droit d’initiative pour soumettre les propositions législatives. Elle est la gardienne du droit communautaire et l’organe d’exécution des politiques communautaires. Les services suivants sont installés au Luxembourg:

- Secrétariat du Comité consultatif CECA
- Représentation de la Commission européenne au Luxembourg
- Eurostat

Cour de justice de l’Union européenne
Son rôle est d’uniformiser l’interprétation du droit communautaire dans tous les pays de l’Union. La Cour se charge de statuer sur des litiges impliquant les gouvernements des États membres, les institutions de l’Union européenne, les entreprises et les particuliers.

Cour des comptes
Elle a pour fonction de vérifier si les dépenses de l’Union européenne s’effectuent conformément aux réglementations en la matière et aux objectifs fixés.

Banque européenne d’investissement
Son rôle consiste à octroyer des prêts à long terme pour financer des projets d’investissement afin de contribuer au bon développement de l’Union européenne et à son intégration.

Office des publications de l'Union européenne (EUR-OP)
EUR-OP est l’éditeur officiel des institutions européennes.

Indicateurs socio-économiques de base:
Unité monétaire: Euro (€)
PIB (indice de croissance réelle en %) en 2012: 0.2
PIB au prix du marché: € 55,180 milliards en 2013
Taux d’inflation (en %) en 2013: 1.5
Taux d’emploi (en %) en 2013: 2.0
Taux de chômage (en%) en 2013: 7.1
Industrie: secteur bancaire, fer et acier, aliments, produits chimiques, produits métallurgiques, service d’ingénierie, pneus, verre et aluminium.
Agriculture: orge, avoine, pommes de terre, froment, fruits, raisins et bétail
Minéraux et ressources minérales: minerai de fer (l’activité de la mine a cessé).